Val-Éo

Historique

Val-Éo coopérative de solidarité a été fondée en novembre 2005 afin de permettre aux agriculteurs et à leur communauté de conserver le contrôle sur la gestion de leur ressource éolienne.   La mise en place de Val-Éo a été déclenchée par une réflexion stratégique menée dès l’hiver 2005 par des représentants des syndicats de base UPA de Labarre et Belle-Rivière appuyés de l’UPA Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Municipalité Régionale de Compté Lac-Saint-Jean-Est et du Centre Local de Développement. Cette réflexion a mené au constat que l’approche utilisée pour le développement éolien au Québec (basée sur la main mise de grandes corporations qui contrôlent les projets) n’était pas souhaitable pour notre communauté, mais que les agriculteurs avaient toutefois le pouvoir de prendre en main la gestion de la ressource éolienne en regroupant leurs « droits éoliens » (c’est-à-dire les contrats d’option ) au sein d’une organisation leur appartenant, plutôt que de concéder ces droits à un développeur privé. De là est née l’idée maîtresse de Val-Éo : regrouper les droits éoliens pour les gérer collectivement et investir dans l’étude de notre ressource pour mieux la comprendre, la valoriser adéquatement et la gérer dans le respect de notre qualité de vie. Dès le printemps 2006, Val-Éo regroupait déjà une cinquantaine de fermes membres et avait installé trois mâts de mesure des vents.
 
Rapidement les agriculteurs ont pu compter sur un appui décisif des organisations qui les entourent tel que la Caisse Populaire des Cinq-Cantons, la coopérative Nutrinor, la coopérative Fédérée, la Coopérative de Développement Régionale, le cabinet d’avocats Cain Lamarre Casgrain Wells et beaucoup d’autres. En plus de mettre à dispositions de Val-Éo des ressources humaines et financières, ces organisations ont apporté une contribution majeure par leurs idées et l’originalité des solutions proposées. Elles ont, collectivement, contribué à créer le modèle de gestion Val-Éo qui se démarque par sa capacité à intégrer les impératifs économiques et financiers aux objectifs de gestions collective et démocratique. Ce travail de conception du modèle Val-Éo s’est donc principalement échelonné de septembre 2005 à décembre 2006. Au début de 2007, la Société en Commandite Val-Éo était créée afin de financer le développement du projet et les études techniques. Un capital de 400 000$ fut amassé dans la communauté.
 
À l’hiver 2007, les membres de Val-Éo prenaient la décision de participer à l’appel d’offres 2000MW d’Hydro-Québec. Il devenait dès lors nécessaire d’identifier un partenaire d’affaires pour répondre aux exigences spécifiées par Hydro-Québec. Un processus de sélection a mené à la conclusion d’une entente de partenariat avec la société Algonquin Power et la préparation d’un projet de 50MW.  À l’été 2007, une entente a également été conclue avec la municipalité de Saint-Gédéon qui est devenue partenaire du projet.   Le projet a été déposé à Hydro-Québec le 17 septembre 2007 et une réponse négative (voir section projet) a été obtenue en mai 2008. 
 
En 2009, Hydro-Québec annonçait le lancement d’un appel d’offres réservé à des projets communautaires de moins de 25MW.  Les critères communautaires exigeaient qu’une coopérative ou une municipalité soit partenaire à au moins 30% dans les projets présentés, ce à quoi le projet Val-Éo répondait parfaitement.  En juillet 2010, Val-Éo et son partenaire Algonquin Power soumettaient à Hydro-Québec un projet éolien de 24 MW, soit de 8 à 10 éoliennes situées sur le territoire de Saint-Gédéon et des municipalités voisines.  En décembre 2010, la société d’État annonçait que le projet était sélectionné et fixait la date de mise en service des éoliennes au 1er décembre 2015.  Suite à l’octroi de ce contrat d’achat d’électricité,  Éoliennes Belle-Rivière SEC fut officiellement fondée et entreprit de compléter l’ensemble des étapes requises pour compléter le développement du projet, notamment la réalisation de l’étude d’impact.
 
 
Depuis 2006, Val-Éo a également accompagné des groupes d’agriculteurs souhaitant implanter le modèle de gestion dans leur propre communauté, et ce en Ontario, au Manitoba et bien sûr au Québec. En plus du coaching direct offert aux communautés Val-Éo a produit deux guides qui sont disponibles dans la section « modèle de gestion ».


Comments are closed.